Membres d’honneur

Si SSF m'était conté... par Danielle Ouimet

Danielle OuimetIl y a un proverbe arabe qui dit : « bats ta femme tous les soirs. Si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait ». Évidemment, avec nos yeux d’Occidentaux, c’est une phrase qui porte à rire tellement elle semble absurde. Et jamais nous n’aurions pu imaginer qu’au Québec un tel adage puisse, autrement que par le rire, trouver écho dans notre éducation libérale. Et pourtant… Lire la suite

Si SSF m'était conté... par Marie-Lise Pilote

Marie-Lise Pilotte

Photo: Laurence Labat

Suis-je une exception?

Parfois je m'arrête à penser à la chance que j'ai de ne jamais avoir été abusée ou intimidée. J'ai l'impression de faire partie d'une minorité de femmes épargnées.

Tant de violence subie par des femmes, tant d'enfants abusés, tant d'histoires d'horreur gardées sous silence… Il faut continuer à dénoncer ces injustices, il faut enseigner la non violence et le respect de tout être humain. Lire la suite

Si SSF m'était conté... par Louise Deschâtelets

Louise Deschatelets

Crédit photo: Monic Richard

Comment vous expliquer?


J'aime la vie. Le respect de la vie sur terre est primordial, c'est la base de tout ce qui est possible. J'ai de belles pensées pour les femmes, pour les enfants qui souffrent. Nous devons préserver l'intégrité physique, psychologique et morale de chacun. Pour les enfants, la situation est préoccupante. Leur jeunesse est un immense cadeau pour nous. Ils doivent pouvoir évoluer dans la magie du monde de l'enfance. Penser que des adultes peuvent s'approprier leur destin est inacceptable. Rien ne doit nous détourner de nos responsabilités pour les aider à grandir en sécurité.

L'intégrité physique est importante car nous savons que le traumatisme vécu par les personnes abusées pourra les suivre tout au long de leur existence. Lire la suite