Santé Sans Frontières (SSF) a débuté officiellement ses activités en décembre 2015. SSF est un organisme de bienfaisance reconnu et indépendant. Il est né d’une réflexion et d’un désir initial de sexologues québécois voulant s’investir à l’échelle internationale afin de développer des collaborations multidisciplinaires qui ouvriront à une recherche de solutions concertées. SSF s’est inspiré d’un ancien programme de l’Association des Sexologues du Québec (ASQ) se nommant Sexologues Sans Frontières pour développer son expertise.

Le leadership de l’Équipe SSF s’inscrit dans une démarche qui vise à établir des partenariats avec des personnes riches en expérience et qui comprennent les problématiques humanitaires. Pour ouvrir les frontières et ainsi se donner des moyens de solutions durables, il faut partager et mettre en commun les compétences de différents milieux. Ceci inclut les professions du domaine de la santé et des services sociaux, mais également celles de la justice et de l’éducation. Cela permet ainsi de profiter d’approches complémentaires lors de questionnements complexes. Au delà du champ d’études, SSF est une union d’humanistes en désir de s’impliquer et de soigner la souffrance des femmes et des enfants. Nous définissons les humanistes comme des personnes qui placent l’individu et les valeurs humaines au-dessus de toutes les autres valeurs. En recherche de changement, Carl Rogers disait : « La vie, dans ce qu’elle a de meilleur, est un processus d’écoulement, de changement où rien n’est fixe ». Aujourd’hui, nous sommes à créer un mouvement international qui réunit des causes humanitaires. Dans cette perspective, il faut avoir une vision complémentaire : développer des approches et des outils pour lutter contre la violence faite auprès des femmes et des enfants.

Nous avons confiance en nos partenariats. Nous croyons à l’autonomie des organismes que nous accompagnons. Notre motivation se veut contagieuse. Nous souhaitons inspirer pour créer une force d’entraide. Le champ des compétences est un domaine à la fois personnel et professionnel. Le mouvement d’aide humanitaire doit chercher et trouver des solutions durables et applicables. L’entraide que nous voulons établir en constituera le premier pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *